Mecanicus utilise les cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur et proposer du contenu publicitaire adapté. En cliquant sur Accepter, vous validez cette utilisation. Plus d'infos en cliquant ici

Inscrivez-vous

Vous avez déjà un compte? Connectez-vous

Connexion

Vous n'avez pas de compte? Inscrivez-vous

Inscrivez-vous

Vous avez déjà un compte? Connectez-vous

Connexion

Vous n'avez pas de compte? Inscrivez-vous

Alfa Romeo Montreal

Alfa Romeo MontrealLa première voiture de série, Tipo 105.64, a été présentée au Salon de Genève de 1970 et était très différente de l'originale, utilisant un m ...

Alfa Romeo
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Home
Histoire
Images
Videos
Articles

Alfa Romeo Montreal

La première voiture de série, Tipo 105.64, a été présentée au Salon de Genève de 1970 et était très différente de l'originale, utilisant un moteur V8 à carter sec lubrifié à 90° et à plan transversal de 2593 cm3 avec un alésage de 80,0 mm et une course de seulement 64,5 mm et une injection SPICA (Società Pompe Iniezione Cassani & Affini) produisant environ 200 CV (147 kW ; 197 ch), couplé à une boîte manuelle ZF 5 vitesses et un différentiel à glissement limité. Ce moteur est dérivé du V8 de 2 litres utilisé dans la 33 Stradale et dans le prototype sportif Tipo 33. Le châssis et le train de roulement de la Giulia GTV de série de Montréal ont été repris du coupé Giulia GTV et comprenaient une suspension à double triangulation avec ressorts hélicoïdaux et amortisseurs à l'avant et un essieu moteur avec différentiel à glissement limité à l'arrière.

Puisque le concept-car était déjà officieusement connu sous le nom de Montréal, Alfa Romeo a gardé le nom du modèle en production.

Sur le plan stylistique, la caractéristique qui attire le plus l'attention est l'avant de la voiture avec quatre phares partiellement recouverts de "grilles" inhabituelles, qui se rétractent lorsque les phares sont allumés. La prise d'air NACA sur le capot est elle aussi une des caractéristiques typiques de l'auto. Le conduit est en fait obstrué car son but n'est pas d'aspirer de l'air dans le moteur, mais de cacher optiquement le renflement d'énergie. Les lamelles derrière les portes contiennent les évents de l'habitacle, mais à part cela, elles ne servent qu'à des fins esthétiques. C'est à Paolo Martin que l'on doit le prototype du groupe d'instruments.

Le Montréal était plus cher à l'achat que la Jaguar E-Type ou la Porsche 911. Lors de son lancement au Royaume-Uni, son prix était fixé à 5 077 livres sterling, pour atteindre 5 549 livres sterling en août 1972 et 6 999 livres sterling à la mi-1976. 

Production

La production a été répartie entre l'usine Alfa Romeo d'Arese et les usines de Carrozzeria Bertone à Caselle et Grugliasco près de Turin. Alfa Romeo a produit le châssis, le moteur et la mécanique et a envoyé le châssis à Caselle où Bertone a monté la carrosserie.  Après le montage de la carrosserie, la voiture a été envoyée à Grugliasco pour être dégraissée, partiellement zinguée, peinte manuellement au pistolet et équipée à l'intérieur. Enfin, la voiture a été retournée à Arese pour l'installation du moteur et de la mécanique. Il est à noter qu'en raison de cette méthode de production, il n'y a pas nécessairement de correspondance entre le numéro de châssis, le numéro de moteur et la date de production.

Le Montréal est demeuré généralement inchangé jusqu'à ce qu'il soit discontinué en 1977. À ce moment-là, la production avait cessé depuis longtemps, Alfa ayant eu du mal à vendre le reste de ses stocks. La production totale était d'environ 3 700 exemplaires.

Aucune Montreal ne fut vendue aux USA ni au Canada, étant donné qu'Alfa Romeo n'a pas développé de version nord-américaine pour répondre aux exigences de contrôle des émissions.