Mecanicus utilise les cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur et proposer du contenu publicitaire adapté. En cliquant sur Accepter, vous validez cette utilisation. Plus d'infos en cliquant ici

Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus

Ferrari 312 PB

La nouvelle version de 1971 du prototype sportif était équipée d'un moteur 12 cylindres à plat, souvent appelé moteur boxeur. De nombreuses publicat...

Ferrari
Home
Histoire
Images
Videos
Articles

Ferrari 312 PB 

La nouvelle version de 1971 du prototype sportif était équipée d'un moteur 12 cylindres à plat, souvent appelé moteur boxeur. De nombreuses publications ont ajouté la lettre B après le P de son nom pour indiquer le type de moteur, mais cette variation n'a jamais été officiellement approuvée par Ferrari qui l'a simplement appelée la 312 P de 1971. En plus d'un nouveau moteur, le châssis différait également à certains égards car les panneaux en aluminium étaient rivés au cadre spatial tubulaire de petit diamètre, un pas supplémentaire vers le monocoque.

Histoire 

Lorsque la FIA (Fédération Internationale d'Automobile) changea radicalement la réglementation des courses de voitures de sport à la fin de 1967, toute la flotte de prototypes sportifs de Ferrari devint obsolète. Afin d'essayer de reprendre le dessus en Formule 1, Ferrari a décidé d'abandonner le championnat de voiture de sport et de se concentrer complètement sur les courses de monoplace pendant au moins un an. Des résultats décevants en Formule 1 lors de la saison 1968 ont vu la Scuderia revenir à la compétition prototype, à la traîne d'un an en termes de temps de développement.

Deux types de voitures pouvaient concourir en vu du nouveau règlement : les prototypes de 3 litres ou les voitures de sport de 5 litres, qui nécessitaient une production minimale de 25 voitures pour être homologués. Ferrari avait déjà de l'expérience en Formule 1 avec des moteurs de 3 litres, il n'est donc pas surprenant que lorsqu'ils ont annoncé leur retour à la compétition automobile, un nouveau prototype de 3 litres, la 312 P, a été dévoilé. Après seulement une demi-saison, elle fut abandonnée et l'équipe s'est concentrée sur la construction de la 512 S de 5 litres, qui devait être lancée contre la Porsche 917 vue pour la première fois au Mans en 1969. 

Un an après la 917, la Ferrari 512 S fait ses débuts. Elle a immédiatement effectué des tours rapides, mais étant en retard d'un an sur la 917 en développement, elle a été battue au niveau de la fiabilité. Pour la deuxième fois en deux ans, Ferrari a coupé court à un programme de développement et a commencé à travailler sur un autre prototype. Avec la plupart des 512 vendus aux privés, il était temps de produire un autre prototype de trois litres. Il serait basé sur le tout nouveau moteur V12 180 degrés V12, qui a fait ses débuts dans la Formule 1 312 B de 1970. Ce moteur conçu par Mauro Forghieri allait devenir l'un des moteurs les plus performants des années 70. 

Extérieurement similaire à un moteur boxeur, le Forghieri était un moteur en V à plat. La différence entre un moteur boxer et un moteur V plat est la forme de la manivelle et la séquence d'allumage ; les pistons opposés d'un moteur boxer se rapprochent l'un de l'autre tandis que les pistons d'un moteur V se déplacent à l'unisson. Le grand avantage par rapport au moteur V12 à 60 degrés utilisé dans la 312 P précédente était la faible hauteur du moteur à 180 degrés. Cela a contribué à réduire la hauteur totale de la voiture et à abaisser le centre de gravité, ce qui a facilité la tenue de route. 

Bien que techniquement ce n'était pas un moteur boxeur, les voitures propulsées par le V12 de Forghieri recevaient souvent l'abréviation "B". Ce qui, officiellement, n'était pas le cas avec la 312 P de 1971, mais elle est maintenant communément appelée 312 PB, ce qui permet aussi de la distinguer de la 312 P de 1969. Comme son homologue de Formule 1, la 312 PB est dotée d'un demi-monocoque en aluminium. Le moteur et la suspension arrière étaient fixés à un châssis en acier qui était boulonné sur la coque en aluminium. La 312 PB était essentiellement une Formule 1 de course habillée d'une peau.

L'une des principales raisons du projet 312 PB a été la décision de la FIA d'abandonner la catégorie des voitures de sport de 5 litres et de n'autoriser que les prototypes de 3 litres à participer au Championnat du monde des voitures de sport à partir de 1972. La saison 1971 pouvait être utilisée comme une année d'apprentissage, ce qui signifiait que Ferrari n'avait pas un an de retard pour une fois. Le "PB" a fait des débuts désastreux aux 1000 km de Buenos Aires ; le pilote italien Ignazio Giunti a eu un accident mortel dans les premières étapes de la course. Le meilleur résultat dans une épreuve de championnat a été une deuxième place dans la quatrième course de la saison à Brands Hatch. Des problèmes de fiabilité et de malchance ont assailli la nouvelle Ferrari pendant la majeure partie du reste de la saison. La première victoire est survenue vers la fin de la saison aux 9 Heures de Kyalami, une course hors championnat.

Au cours de l'hiver, la "PB" a encore été modifiée. Les performances du moteur sont passées d'une puissance de 450 ch à 460 ch. Différents styles de carrosserie ont également été testés, avec une attention particulière au capot arrière. Gagner le Championnat du Monde 1972 était la priorité absolue, alors Ferrari n'a rien laissé au hasard. Au total, six voitures ont été construites selon les dernières spécifications, de sorte que trois d'entre elles ont pu participer à une course tandis que les autres ont pu être préparées à Maranello pour la prochaine épreuve. De plus, les meilleurs pilotes ont été engagés, dont Jacky Ickx, Brian Redman, Arthuro Merzario, Tim Schenken, Mario Andretti et Ronny Peterson.

La première manche du championnat était la course de 1000 km de Buenos Aires, où la "PB" a remporté sa première victoire en Championnat du Monde aux mains de Schenken et Peterson. Toutes les autres courses de championnat de la saison ont été remportées, à l'exception des 24 Heures du Mans. Il n'y a pas eu de "PB" au Mans, car il était considéré par l'équipe d'usine comme un auto de sprint et non comme un coureur d'endurance de 24 heures. La Scuderia ne voyait pas la nécessité de s'y engager, craignant qu'elle ne puisse parcourir toute la distance. Seulement huit des dix courses comptaient pour le championnat, donc l'absence au Mans n'a pas affecté le classement. Ferrari l'a emporté avec 160 points (le score maximum), Alfa Romeo est loin derrière avec 85 points. 

En 1973, Ferrari a construit une version à empattement plus long de 12 cm de la "PB". Elle fut également dotée d'un nouveau moteur révisé, qui développait désormais 475 ch. Malheureusement pour Ferrari, le record de fiabilité de 1972 a rarement été égalé en 1973. Le "PB" n'a brillé qu'une seule fois, lors des 1000 km de Monza en avril. Une voiture a terminé au Mans, mais loin derrière la Matra de Pescarolo et Hill. Dans le championnat, la Scuderia a également été battue par Matra, par seulement 9 points. A la fin de la saison, Ferrari a décidé de se concentrer entièrement sur la Formule 1, ce qui s'est traduit par trois titres de pilotes avec le moteur V12 à plat. Depuis, Ferrari n'est toujours pas revenue à la compétition automobile sportive avec un programme d'usine.

Production 

Ferrari a réalisé 12 châssis de 312 PB :

Châssis 0874

Détruite

Châssis 0876

Châssis 0878

Renomé 0880

Châssis 0880

La plus ancienne 312 PB qui subsiste encore a été construite en 1971 comme étant le châssis 0878. Au milieu de l'année, il fut renuméroté 0880. Il a été engagé pour la première fois lors des 12 Heures de Sebring par Mario Andretti et Jacky Ickx. Les deux pilotes très talentueux ont été déçus par la faible fiabilité de la voiture. C'était le premier d'une longue série d'abandon pour 0880 cette année-là. Quand elle est parvenue à terminer une course, elle empocha une seconde place à Brands Hatch et une victoire lors des 9 Heures de Kyalami en fin de saison dans les mains de Clay Regazzoni et Brian Redman. Le châssis 0880 n'a pas été utilisé en 1972 et a fini par tomber entre les mains de collectionneurs de renom comme Albert Obrist et ensuite Bernie Ecclestone. Toujours dans le style original de 1971, il appartient aujourd'hui à un coureur historique américain. 

Châssis 0882 

Ce fut l'une des nouvelles voitures construites pour la saison 1972. Le châssis 0882 a remporté deux victoires majeures cette année-là. Jacky Ickx et Mario Andretti l'ont mené à la victoire dans les 12 Heures de Sebring et peu après Ickx a été rejoint par Clay Regazzoni pour remporter une victoire dans la course des 1000 km de Monza. Elle fut ensuite accidentée sur le Nürburgring et réparée avec le cadre le lendemain. Malgré la réparation complète, le châssis 0882 n'a pas pris le départ. Elle a finalement terminé dans la fabuleuse collection Setton. Au début des années 1990, la voiture a été vendue à la famille Glaesel et elle a participé régulièrement à des courses historiques. Depuis, elle a été vendue. 

Châssis 0884

Châssis 0886

Châssis 0888 

Le châssis 0888 a toujours été piloté en compétition par Jacky Ickx. Mario Andretti, Brian Redman et Clay Regazzoni se sont joints à la légende belge à quelques occasions. Avec Andretti, Ickx a gagné à Daytona et Brands Hatch et avec Redman, il a gagné à Zeltweg, Monza et en 1973 au Nürburgring. La dernière sortie de l'une des 312 PB les plus réussies a eu lieu aux 24 Heures du Mans en 1973. Ickx et Redman ont été contraints d'abandonner dans la dernière heure avec des problèmes de moteur. En 1980, le collectionneur suisse Albert Obrist achète la voiture directement à l'usine. Il a été acquis par l'actuel propriétaire suisse en 1996 et a participé activement pendant plusieurs saisons au Ferrari Historic Challenge par un de ses fils. 

Châssis 0890

Le châssis 0890 a été engagé et piloté par Brian Redman et Clay Regazzoni lors des 6 Heures de Daytona en février 1972. Plus tard dans l'année, Arturo Merzario a conduit la voiture à sa première victoire aux 500 km d'Imola et "Little Art" a été rejoint par Regazzoni pour gagner les 9 heures de Kyalami. Au cours de la saison 1973, deux secondes places se sont ajoutés au palmarès de 0890. Pendant la majeure partie des années 1980 et 1990, il a fait partie de la collection Rosso Bianco. Depuis lors, il a changé de mains à plusieurs reprises et fait maintenant partie de l'impressionnante collection d'un coureur historique britannique. 

Châssis 0892 

Construit neuf pour la saison 1972, le châssis 0892 a été engagé pour la première fois lors des 6 Heures de Daytona par Tim Schenken et Ronnie Peterson. Ils ont terminé deuxièmes derrière la voiture sœur conduite par Jacky Ickx et Mario Andretti. Ce résultat fut répété par Carlos Pace et Arturo Merzario lors de l'édition 1973 des 24 Heures du Mans. C'est le meilleur résultat jamais obtenu dans la classique mancelle pour la 312 PB. Après sa carrière de course, elle a fait partie de la collection Albert Obrist et a été régulièrement présentée par Jacky Ickx au début des années 2000. Son propriétaire le plus récent a acquis la voiture en 2005 et l'a depuis pilotée des deux côtés de l'Atlantique. 

Châssis 0894 

L'avant-dernière 312 PB produite, ce châssis a été mis en service pour la première fois aux 1000 km de Brands Hatch de 1972 où Ronnie Peterson et Tim Schenken se sont classés 2ème au général. Au début de la saison 1973, 0894 a terminé deuxième à trois autres reprises, mais une victoire franche et nette a finalement échappé à cette voiture. Sa dernière sortie contemporaine a eu lieu à la Targa Florio 1973 où Brian Redman et Jacky Ickx n'ont pas réussi à atteindre l'arrivée. En 1976, Ferrari a vendu la voiture au collectionneur américain Chris Cord. Seul le deuxième propriétaire, l'ayant acquise en 1984, l'a ensuite présentée lors de courses et d'événements sélectionnés en Amérique du Nord. 

Châssis 0896

Châssis 0898

Utilisé pour 0884