Mecanicus utilise les cookies afin d'améliorer votre expérience utilisateur et proposer du contenu publicitaire adapté. En cliquant sur Accepter, vous validez cette utilisation. Plus d'infos en cliquant ici

Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus
Mecanicus

Ferrari BB 512i

 Lors de ses débuts au Salon de Paris en 1976, la 512 BB était équipée d'une version 5 litres du boxeur 12 cylindres. Le nouveau moteur s'est avéré...

Ferrari
Home
Histoire
Images
Videos
Articles
Ferrari BB 512

 

Lors de ses débuts au Salon de Paris en 1976, la 512 BB était équipée d'une version 5 litres du boxeur 12 cylindres. Le nouveau moteur s'est avéré un grand succès, offrant la même puissance à bas régime, un meilleur couple et un débit plus doux que la version précédente de la 365 GT4 BB. La carrosserie Pininfarina ne différait que légèrement du modèle précédent dans certains détails, ce qui la rendait non seulement encore plus élégante, mais contribuait également à améliorer le refroidissement du moteur.


La 512 BB a été annoncée au Salon de Paris en 1976, en remplacement de la 365 GT4/BBB, et a poursuivi sa production jusqu'en 1981 où elle a été remplacée par la 512 BBi, sur laquelle l'injection de carburant a remplacé les carburateurs. Au total, 929 exemplaires ont été produits au cours de cette période dans la gamme des numéros de châssis 19677 à 38487. Le titre du nouveau modèle était beaucoup moins bouché que celui de son prédécesseur, et rompait avec la pratique Ferrari standard consistant à se référer au volume balayé d'un seul cylindre. Au lieu de cela, il a continué le thème commencé avec la série Dino, de se référer à la capacité totale du moteur et le nombre de cylindres. Il s'agissait donc d'un moteur de 5 litres à 12 cylindres. La partie "BB" du titre du modèle avait la même signification qu'avant "Berlinetta Boxer", une référence aux deux rangées de six cylindres qui se trouvaient dans une disposition horizontale opposée. Les principes de base, la forme et les caractéristiques étaient similaires à ceux du modèle qu'il remplaçait, mais il y avait de petites différences visuelles qui différenciaient les deux voitures, tandis que sous la peau la plus grande différence était la capacité accrue du moteur.

Visuellement, les différences entre le 512 BB et le 365 GT4/BB se situaient principalement autour du nez et de la queue. Le panneau inférieur du nez comprenait maintenant un aileron au menton et, à l'arrière, les trois feux arrière et les trois tuyaux d'échappement ont cédé la place à de grandes lentilles circulaires jumelées et à des tuyaux d'échappement jumelés. La disposition des feux arrière jumelés reflétait celle du prototype original présenté au Salon de Turin en 1971. Le panneau arrière en maille de la 365 GT4/BB a été remplacé par un panneau à lamelles horizontales à finition noire satinée, avec de nouvelles modifications de la disposition des lamelles sur le couvercle du moteur. Les côtés de la carrosserie ont reçu des conduits NACA à l'avant des passages de roue arrière pour refroidir le système d'échappement, tandis que la voie arrière a été augmentée de 1520mm à 1563mm.

La carrosserie était montée sur un châssis à empattement de 2500 mm, portant le numéro de référence d'usine F 102 BB 100, et tous étaient numérotés dans la séquence des voitures de route portant le numéro de châssis impair. La construction a suivi les mêmes principes que celle de la 365 GT4/BB d'un châssis en tube d'acier avec une cellule centrale monocoque. Comme pour la 365 GT4/BB, les modèles 512 étaient disponibles en version conduite à droite ou à gauche, mais aucune version du marché américain n'a jamais été réalisée. Les jantes de route standard étaient en alliage à cinq rayons en forme d'"étoile", avec une casserole sur un moyeu Rudge, bien que des exigences législatives dans certains marchés aient dicté l'installation d'un grand écrou octogonal de moyeu. Les roues couvraient de gros freins à disque ventilés avec deux circuits hydrauliques jumelés et assistance par servo-assistance. La suspension indépendante a été fournie tout autour, par l'intermédiaire de bras triangulaires, de ressorts hélicoïdaux et d'amortisseurs hydrauliques, avec deux unités arrière jumelées, ainsi que des barres anti-roulis avant et arrière.

Le moteur plat à douze cylindres était de la même configuration que celui de la 365 GT4/BB, mais avec une cylindrée de 4943 cm3, un alésage et une course de 82 mm x 78 mm et une référence usine F 102 B 000. Il était équipé de deux arbres à cames en tête entraînés par courroie, avec la construction de base, les principes de fonctionnement et la disposition du moteur et de la transmission, en plus de l'adoption de la lubrification à carter sec et d'un embrayage à commande hydraulique, le même que la 365 GT4/BB. La 512 BB était équipée de quatre carburateurs Weber 40 IF 3C à triple starter, avec un seul distributeur, entraîné par l'arbre à cames arrière gauche et le système d'allumage électronique, pour produire une puissance de 340 ch. Bien que l'ancienne 365 GT4/BB produisait plus de puissance que la 365 GT4/BB plus récente, le plus gros moteur offrait un couple plus élevé et une maniabilité améliorée.

Le Berlinetta Boxer a connu une carrière de compétition de la fin des années 70 au milieu des années 80, principalement à l'instigation du concessionnaire pour les Etats-Unis, Luigi Chinetti. Leur principal terrain de chasse était la catégorie GT au Mans, et dès les premières voitures de route légèrement modifiées, il persuada l'usine de développer une version de course, la 512 BB LM, qui fut construite chez Ferrari's Assistenza Clienti à Modène, avec une carrosserie radicalement différente développée dans la soufflerie Pininfarina. Elles ont été construites en deux petites séries pour des clients privés, mais elles n'ont jamais été courues comme des voitures d'équipe d'usine. Les meilleurs résultats au Mans ont été une victoire dans la catégorie IMSA et cinquième au classement général en 1981, et sixième au classement général en 1982.

 

BB 512i 

 

L'injection mécanique Bosch K-Jetronic sur le 512 BBi a remplacé les quatre carburateurs Weber 40 IF 3C à triple étrier du modèle sortant. Par ailleurs, mécaniquement identique, le plat-12 avait un régime maximal plus bas (6 600 tr/min par rapport aux 6 800 tr/min de la 512 BB) et le moteur développait 20 ch de moins, bien que la vitesse de pointe soit restée dans les limites des 283 km/h de la 512 BB.

À l'extérieur, le nouveau modèle était reconnaissable au pare-chocs arrière et aux roues redessinés, au conduit latéral NACA fini en noir et au rétroviseur extérieur couleur caisse. À l'intérieur, les sièges classiques en cuir Connolly étaient munis d'un insert central en laine textile et la voiture était équipée de série d'un climatiseur et d'un verrouillage central.

 
Carrosserie 

 

La 512 BBi a été présentée au Salon de Francfort en 1981, pour remplacer le modèle 512 BB, le suffixe "i" indiquant le passage des carburateurs à l'injection de carburant. Outre l'adoption de l'injection de carburant, en ligne avec les autres modèles de la gamme Ferrari de l'époque, il y a eu des changements cosmétiques et mécaniques mineurs.

A l'avant, la grille de radiateur en aluminium à caisson en aluminium s'est arrêtée devant les feux de route, qui étaient maintenant exposés dans les extrémités de la grille, avec de petits feux de stationnement rectangulaires montés dans la partie supérieure du pare-chocs. À l'arrière, la grille du moteur a été modifiée et un nouveau capot a été ajouté au système d'échappement, qui comprenait des feux de détresse. Un nouveau design de rétroviseur extérieur a été mis en place, des modifications ont été apportées à l'intérieur, dont un volant à rayons noirs, et des centres de sièges en laine "Zegna" sont disponibles en option. Les roues de route sont devenues de même largeur à l'avant et à l'arrière, équipées de pneus Michelin TRX, ce qui a eu pour effet d'augmenter la voie avant et arrière à 1508mm et 1572mm respectivement.

La carrosserie était montée sur un châssis à empattement de 2500 mm, dont le numéro de référence d'usine était F 102 CB 100. Tous ont été numérotés dans l'ordre impair des numéros de châssis des voitures de route, et la construction a suivi les mêmes principes que son prédécesseur d'un châssis en tube d'acier avec une cellule centrale monocoque. Comme pour son prédécesseur, il était disponible sous la forme d'une conduite à droite ou à gauche, et encore une fois, aucune version du marché américain n'a été construite.

 

Moteur

 

Les jantes de route standard étaient en alliage à cinq rayons en forme d'"étoile", avec une casserole sur un moyeu Rudge, bien que des exigences législatives dans certains marchés aient dicté l'installation d'un grand écrou octogonal de moyeu. Les roues couvraient de gros freins à disque ventilés avec deux circuits hydrauliques jumelés et assistance par servo-assistance. La suspension indépendante a été fournie tout autour, par l'intermédiaire de bras triangulaires, de ressorts hélicoïdaux et d'amortisseurs hydrauliques, avec deux unités arrière jumelées, ainsi que des barres anti-roulis avant et arrière.

Le moteur plat douze cylindres en aluminium avait la même configuration que son prédécesseur avec une cylindrée de 4943cc, un alésage et une course de 82mm x 78mm, avec une référence usine F 110 A 000. Il était équipé de deux arbres à cames en tête entraînés par courroie par banque, avec lubrification à carter sec et embrayage à commande hydraulique. Le 512 BBi était équipé de l'injection de carburant Bosch K-Jetronic et avait la même puissance que le modèle à carburateur.

La période de production s'étend de 1981 à 1984, date à laquelle le modèle Testarossa a été remplacé par le modèle du marché mondial. Au cours de cette période, un total de 1007 exemplaires ont été produits, dans la gamme de numéros de châssis 38121 à 52935.